Mais au fait, c’est quoi la brocante ? C’est la revente d’objets plus ou moins usagés proposés à moindre coût. Normalement réservé aux professionnels, les brocanteurs, ce terme a été élargi aux vide-greniers et autres commerces de produits de seconde main. Ainsi, faire une brocante, signifie aussi déambuler parmi les étals de professionnels mais aussi de particuliers pour chiner.

Que trouve-t-on dans une brocante ?

N’importe quel objet peut être vendu à des acheteurs capables de leur donner une seconde vie. Ainsi, combien de passoires se sont retrouvées transformées en abat-jour ? Combien de vieilles portes, démunies de leurs vitres, ont servi de cadres photos ou de porte-manteaux ? Combien de vieux meubles ont été relookés et trônent maintenant fièrement dans les pièces à vivre ? L’imagination des acquéreurs est sans limite.

Si certains redonnent un nouvel éclat à leurs trouvailles, d’autres recherchent de vieux disques, de la vieille monnaie, un complément pour une collection, de la vaisselle ancienne, des jouets désuets, les boîtes en fer ou les grandes chemises blanches de nos grands-parents …

Comment chiner efficacement

Les adeptes de ce style d’acquisitions ont, à portée de main, le calendrier des brocantes de leur département et, pour les plus férus, de toute la France. Ces gens là se lèvent souvent aux aurores pour être les premiers sur place vers 7 heures du matin. Ils découvrent ainsi, tranquillement et loin de la cohue, les merveilles apportées pour l’occasion et sont sures qu’ils ne passeront pas à côté de l’objet dont ils ont toujours rêvé.

S’il est un poste qu’il faut surveiller, c’est bien le budget, qui, dans une brocante, peut largement être dépassé. Le mieux est de se fixer un maximum en monnaie. De toute façon carte bleue et chèque ne sont, en général, pas acceptés. Même si vous n’achetez que des choses à petits prix, l’addition devient vite conséquente et cette manière de procéder est la meilleure pour ne pas rentrer démuni. Les négociations sont plus aisées en fin de journée au moment où les vendeurs cherchent à se débarrasser de leur stock. Le risque est, bien sûr, de ne plus trouver la perle rare.

Une gamme ou un style de marchandises vous fait envie ? N’hésitez pas à surfer sur internet pour vous donner une idée des prix et ne pas tomber dans les griffes d’un brocanteur un peu trop affamé.

Pourquoi chiner ?

Pour plusieurs raisons d’après les amateurs. Tout d’abord, il existe un réel plaisir à se promener au milieu de tréteaux et de planches recouverts de choses plus ou moins inattendues, parfois insolites. Mais, ce peut être aussi par mesure purement économique. En effet, pourquoi acheter un meuble neuf alors qu’un peu de nettoyage et un bon coup de peinture rendront le clinquant à une vieille commode ou à une table à moindre coût ? Voici le site d’un brocanteur : brocantesaintbenoit.fr. C’est aussi, pour certains, un acte d’éco-citoyenneté avec une vraie dimension écologique. Ne plus jeter, mais redonner une utilité, limite la surconsommation et l’achat systématique de produits neufs. L’empreinte carbone est réduite et le consommateur devient responsable.

Les différentes façons de chiner

Outre la déambulation en plein air, vous pouvez chiner en ligne. Les sites sont nombreux et certains proposent même une spécialisation comme le vintage par exemple ou des meubles déjà relookés. Fini les réveils matinaux et la perception du froid piquant, vous pouvez choisir confortablement installé au chaud devant votre café. Vous avez ainsi la possibilité de comparer et de vous promener sur les différents sites. Vous pouvez chercher par thèmes, par style, par prix.

Si le grand air et la foule ne vous font pas peur, la brocante, souvent organisée le dimanche, reste un endroit assez pittoresque. Vous pouvez opter pour celles organisées dans les villes et les villages, mais aussi pour les célèbres puces présentes dans certaines grandes villes, comme les Puces de St-Ouen à Paris ou les Puces du Canal à Lyon. Réservées aux vendeurs professionnels, vous découvrirez des stands vendant des objets de bric et de broc. Vous passerez allègrement des casques de la dernière guerre aux cuillères en argent et profiterez d’une ambiance à nulle autre pareille.

Chiner allie plusieurs plaisirs : la « farfouille », l’acquisition à petit prix doublé d’un geste écocitoyen. Alors pourquoi se priver ?